Mode de vie

Savoir classer vos amis et faire de ménage dans votre entourage

Ecrit par Mourad

Vous avez remarqué que plus on prend de l’âge et moins on a d’amis? De vrais amis!
Au sens large, il y a:
– Les « très bons potes » d’enfance ou de longue date : Les loyaux et fidèles au fil du temps et qui le seront toujours, même si vous ne les voyez plus autant qu’avant. C’est la famille!
– Il y a aussi des bonnes surprises comme les «bons potes» rencontrés récemment, leur loyauté et leur respect sont en période d’essai, mais ils partagent la même vision de l’amitié que vous.

entourage3– Et il y a le poison! Les faux amis, ça grouille de partout! Il y en a beaucoup trop et ça va être à vous de les démasquer! Attention donc aux commères qui vous rappellent uniquement pour éponger leur soif de curiosité sur là où vous en êtes dans votre vie… Distinguez amitiés et connaissances. Et c’est cette dernière cible que je souhaite shooter verbalement.
Vous ne vous en êtes pas encore rendu compte, mais ces personnes sont (comme les esprits) partout autour de vous, et elle vous polluent l’existence. Il est donc temps de faire du ménage dans son entourage, plutôt que d’attendre que le facteur temps se charge de faire le travail à votre place et vous démontre que ces personnes toxiques n’ont « aucunes fonctionnalités » dans votre vie.
Je souhaite vous partager une astuce qui m’a permis de m’en rendre compte et de faire du ménage dans mon entourage. Le but est de vous aider a identifier les personnes positives pour votre vie et de ne garder autour de vous que vos vrais bons potes.

  • Déjà: Arrêtez de faire du social avec des individus qui ne le méritent pas!

Je vais passer pour un égoïste en disant ça, mais pensez un peu à vous et évitez le gaspillage de temps et d’énergie avec des personnes qui ont des « attentes médiocres vis à-vis d’elles mêmes et du monde. Les personnes nocives et négatives ne méritent pas notre temps, autrement c’est du masochisme. Ce n’est pas être violent de dire cela, c’est être pragmatique.

  • Ceux qui ont besoin de vous plus que vous n’avez besoin d’eux: 

Ne passez pas votre temps à essayer de réconforter et d’aider des personnes qui dans 80% des cas lorsqu’elles iront mieux ne seront plus aussi proches avec vous, voire plus du tout. La raison est que dans leur inconscient vous êtes un point d’ancrage représenté par une sorte de pommade anti-douleur humaine. Elles reviendront à coup sûr à chaque fois qu’elles n’iront pas bien. Mais pas dans la situation inverse.
A vous de mettre les distances, car beaucoup ne pensent qu’à leur bien-être. C’est valable aussi bien dans les amitiés que dans les relations sentimentales. Arrêtez d’être sado-maso en vous tirant une balle dans le pied!

Attention aussi à une sale race qui est celle des profiteurs.
Ils n’ont aucune reconnaissance à votre égard et vous lâcheront à la moindre occasion.

L’amitié c’est comme la confiance, ça se mérite. Si dans votre rapport amical, vous avez l’impression que le rapport donnant donnant n’est pas respecté: Next!

  • Les amitiés provisoires du moment:

C’est inutile de vous raconter des salades en vous disant que vous n’êtes pas doué(e) pour garder des amis. Préférez plutôt l’excuse de l’évolution et de l’incompatibilité des personnes. Car dans certains cas vous devenez amis avec quelqu’un soit par contexte, soit par intérêt, soit par opinion, ou soit par humeur. Et je vais préférer m’attarder sur cette dernière.

trahison

  • L’amitié par l’humeur :

Il arrive que certaines amitiés qu’on pense fraternelles ne le soient que provisoirement, le temps d’une humeur. Un exemple récent: Nouer des liens dans la galère/détresse.
Au boulot (ou ailleurs), vous vous sentez frustré(e) intellectuellement/socialement et non épanoui(e). Vous « crachez » sur vos supérieurs, et un(e) de vos collègues partage votre vision du moment. Instinctivement et naturellement des liens vont se nouer. Jusqu’ici vous pensiez que la galère professionnelle faisait de vous des frères/soeurs, jusqu’au jour où vous changez d’état d’esprit, et que vous évoluez. Vous vous rendez compte que finalement, vous aviez peu de choses en commun, mis à part cette humeur, ou plutôt cette mauvaise humeur. Vous vous détachez de cette personne râleuse car elle ne correspond plus à ce que vous recherchiez. Parfois ces amitiés évoluent dans le même sens, et heureusement. Inutile également de s’attarder sur les potes de soirées, qui quand pour une fois vous n’êtes pas dans une humeur à vous amuser et
à faire la fête vous laissent tomber comme une vieille merde et vous snobent à vie.

Débusquer ces faux-amis et faire le ménage dans son entourage nécessite d’avoir malgré tout quelques dons de clairvoyance afin de lire entre les lignes et de percevoir les non-dits, les messages cachés et l’hypocrisie.

Les mots n’ont aucun sens, seuls les actes comptent. Pour être franc, il m’arrive encore aujourd’hui de me planter sur des amitiés. Mais la déception est moins brutale à partir du moment où l’on sait à qui et comment attribuer notre sympathie et nos efforts.

A propos de l'auteur

Mourad

Mourad Bouras est un ingénieur en biotechnologie, photographe, infographe et blogueur. Fondateur de site web "Je m’intéresse.com", il aime partager sa passion de la technologie et de l'informatique, tout en s'intéressant au domaine de santé et bien être.

Laisser un commentaire